Etat d’esprit : être vieux

Dans la famille nous avons un adage : « La mauvaise herbe ça vit longtemps« , d’après mes calculs, et si ce proverbe s’avère exact, je devrais vivre jusqu’à environ 175 ans. Dans cette optique, je travaille donc déjà à préparer la vieille bique que je serai un jour. Et vous devriez faire de même ! Première étape : regardons d’un peu plus près les points communs qui vous unissent aux octogénères – et vous serez surpris de constater qu’ils sont nombreux. Pas besoin d’avoir la peau aussi fripée q’un Pruneau d’Agen séché pour être vieux… bien au contraire!

jeune vieux drôle

Et c’est Lucienne la métalleuse qui vous le dit!

– Vous râlez quand vous devez vous lever de votre strapontin dans le métro, même si c’est pour le céder à une femme enceinte. « Elle a fait ses choix, c’est quand même pas de ma faute, merde! »

– Vous êtes un peu dur de la feuille : conséquence immédiate de l’écoute prolongée de Bloody Betroots à fond les oreillettes, n’empêche que vous êtes incapable d’entendre un son aigu. A tel point que, lorsque votre collègue, Gérard, vous a dit que dans sa belle famille ils étaient « de bons catholiques » vous avez entendu « des putes alcooliques« . En confiance, vous vous êtes alors, à votre tour, confié sur votre passé de Gogo danseur cocaïnomane au Macumba Club dans les années 2000.

– Vous avez tout le temps froid : « Brrr il fait froid je vais mettre ma polaire Quechua et mes pantoufles en éponge parce qu’il fait pas plus de 20 degrés là! ça caille! » dites-vous en essuyant votre goûte au nez et en remettant votre châle sur vos épaules.

– Vous ronflez : effet secondaire de la soirée alcoolisée et enfumée de la veille sans doute, mais aussi point commun avec votre mamie Berthe – qui est d’ailleurs  présente dans le Guiness Book records 2012 pour ses ronflements à 250 décibels. Une salle de concert a été construite sous sa chambre et elle fait les basses gratos.

– Vous ne supportez pas les jeunes (qui font du bruit dans les transports) : « Laissez moi lire ma biographie de Frédéric François en silence, bande de dégénérés tatoués et mal habillés ! »

– Vous ne savez pas utiliser un tableur excel (« cest quoi SI =? comprends pas! ») mais vous savez vous servir d’une bouillote ! « En même temps, après la prochaine guerre nucléaire, on verra ce qui sera le plus utile ! -Euh, ni l’un, ni l’ autre ?! »

– Vous avez les cheveux violets : il  ne s’agit pas d’un ratage de chez George-André Coiffure à Evaux-les-Bains comme votre grand-mère  mais bien d’un choix que vous avez fait  en toute conscience pour être dans la tendance rock punk ; mais depuis qu’un type de 16 ans vous a laissé sa place dans le bus vous avez choisi de renoncer à votre côté rebelle et de laisser ça à votre mémé Jacqueline.

– Vous utilisez une canne pour marcher : ok, ce critère est un peu de mauvaise foi ! Il s’agit en fait d’un bâton de marcheur pour vos randonnées dans les Pyrénées… N’empêche, vous avez utilisé une canne pour vous aider à avancer malgré vos jambes chevrotantes à cause d’une (soi-disant) hypoglycémie. Je mettrai plutôt ça sur le compte d’une faiblesse musculaire personnellement.

– Vous utilisez un caddie à roulettes pour faire vos courses : je ne vois pas trop quoi ajouter, l’image de vous en train de tirer votre petit caddie à roulette contenant tout votre nécessaire à soupe pour la semaine me semble déjà suffisamment parlant.

– Vous aimez les pâtes de fruits et les chocolats à la liqueur : vestiges gourmets d’un époque où le Nutella ainsi que le Côte d’Or aux noisettes n’existaient pas et où manger des fruits confits était le comble de la gloutonnerie… triste époque !

 

 

 

Publicités

Comment faire semblant d’aimer un cadeau ?

colin-firsth-bridget-jones-cerfC’est le genre de problème auquel nous nous retrouvons tous confrontés un jour ou l’autre. Il a suffit d’un quiproquo idiot au cours d’un repas de famille pour que mamie Odette croit dur comme fer que l’un de vos hobbies favoris consiste à collectionner les poupées en costumes régionaux – (elle vous a en fait confondu avec la grande tante Suzette qui elle-même est en réalité passionnée par la détection de métaux). Alors vous y voilà ! C’est le 24 décembre, la dinde aux marrons n’est plus qu’une carcasse peu ragoûtante au milieu de la grande table, les enfants de la famille sont complètement survoltés et font des ultras sons en jouant à la Wii… Bref c’est le réveillon de Noël et l’heure fatidique des cadeaux est arrivée…

Il est désormais essentiel de faire bonne figure. Mamie Odette est si empressée de voir votre réaction de bonheur à la vue de son cadeau qu’il va falloir ne laisser transparaitre aucune émotion réelle !

Premier conseil : avant même d’ouvrir le paquet, mettez-vous dans la peau du personnage en minaudant un peu : « Oh merci mamie ! Il ne fallait pas ! Je ne mérite pas d’être aussi gâté ! ».

Lors de l’ouverture du paquet – au moment ou vous vous apercevez qu’il s’agit d’une poupée figurine en costume régional breton ou d’un « kit de peinture sur porcelaine », deux possibilités s’offrent à vous.

La première (à n’utiliser que si vous n’êtes pas très bon acteur et donc incapable de feindre la joie de Noël) consiste à vous jeter directement dans les bras de votre mamie en hurlant « Merci mamie ! Tu m’as trop gâté ! ». Le visage caché dans les plis de son pull, rien ne trahira votre déception.

La seconde solution, légèrement plus subtile consistera à sortir le grand jeu d’acteur studio avec sourire, remerciements interminables et petite larmichette d’émotion face à autant de bonté ! Attention ! Cette solution requiert une préparation préalable afin d’afficher toute la crédibilité possible lors de ce moment difficile.

Après tout vous pouvez bien vous fendre d’un petit sourire ! Les poupées en costumes régionaux se revendent bien sur eBay !

Propulsé par WordPress.com.