Etat d’esprit : être vieux

Dans la famille nous avons un adage : « La mauvaise herbe ça vit longtemps« , d’après mes calculs, et si ce proverbe s’avère exact, je devrais vivre jusqu’à environ 175 ans. Dans cette optique, je travaille donc déjà à préparer la vieille bique que je serai un jour. Et vous devriez faire de même ! Première étape : regardons d’un peu plus près les points communs qui vous unissent aux octogénères – et vous serez surpris de constater qu’ils sont nombreux. Pas besoin d’avoir la peau aussi fripée q’un Pruneau d’Agen séché pour être vieux… bien au contraire!

jeune vieux drôle

Et c’est Lucienne la métalleuse qui vous le dit!

– Vous râlez quand vous devez vous lever de votre strapontin dans le métro, même si c’est pour le céder à une femme enceinte. « Elle a fait ses choix, c’est quand même pas de ma faute, merde! »

– Vous êtes un peu dur de la feuille : conséquence immédiate de l’écoute prolongée de Bloody Betroots à fond les oreillettes, n’empêche que vous êtes incapable d’entendre un son aigu. A tel point que, lorsque votre collègue, Gérard, vous a dit que dans sa belle famille ils étaient « de bons catholiques » vous avez entendu « des putes alcooliques« . En confiance, vous vous êtes alors, à votre tour, confié sur votre passé de Gogo danseur cocaïnomane au Macumba Club dans les années 2000.

– Vous avez tout le temps froid : « Brrr il fait froid je vais mettre ma polaire Quechua et mes pantoufles en éponge parce qu’il fait pas plus de 20 degrés là! ça caille! » dites-vous en essuyant votre goûte au nez et en remettant votre châle sur vos épaules.

– Vous ronflez : effet secondaire de la soirée alcoolisée et enfumée de la veille sans doute, mais aussi point commun avec votre mamie Berthe – qui est d’ailleurs  présente dans le Guiness Book records 2012 pour ses ronflements à 250 décibels. Une salle de concert a été construite sous sa chambre et elle fait les basses gratos.

– Vous ne supportez pas les jeunes (qui font du bruit dans les transports) : « Laissez moi lire ma biographie de Frédéric François en silence, bande de dégénérés tatoués et mal habillés ! »

– Vous ne savez pas utiliser un tableur excel (« cest quoi SI =? comprends pas! ») mais vous savez vous servir d’une bouillote ! « En même temps, après la prochaine guerre nucléaire, on verra ce qui sera le plus utile ! -Euh, ni l’un, ni l’ autre ?! »

– Vous avez les cheveux violets : il  ne s’agit pas d’un ratage de chez George-André Coiffure à Evaux-les-Bains comme votre grand-mère  mais bien d’un choix que vous avez fait  en toute conscience pour être dans la tendance rock punk ; mais depuis qu’un type de 16 ans vous a laissé sa place dans le bus vous avez choisi de renoncer à votre côté rebelle et de laisser ça à votre mémé Jacqueline.

– Vous utilisez une canne pour marcher : ok, ce critère est un peu de mauvaise foi ! Il s’agit en fait d’un bâton de marcheur pour vos randonnées dans les Pyrénées… N’empêche, vous avez utilisé une canne pour vous aider à avancer malgré vos jambes chevrotantes à cause d’une (soi-disant) hypoglycémie. Je mettrai plutôt ça sur le compte d’une faiblesse musculaire personnellement.

– Vous utilisez un caddie à roulettes pour faire vos courses : je ne vois pas trop quoi ajouter, l’image de vous en train de tirer votre petit caddie à roulette contenant tout votre nécessaire à soupe pour la semaine me semble déjà suffisamment parlant.

– Vous aimez les pâtes de fruits et les chocolats à la liqueur : vestiges gourmets d’un époque où le Nutella ainsi que le Côte d’Or aux noisettes n’existaient pas et où manger des fruits confits était le comble de la gloutonnerie… triste époque !

 

 

 

Publicités

Le mensonge salutaire

Lorsqu’on avait deux ans et qu’on nous a dit « Ce  n’est pas bien de mentir! », on nous mentait déjà. En réalité, le mensonge « salutaire » est indispensable à une vie sociale harmonieuse. Mieux vaut éviter de dire à tante Suzette qu’elle à de la stache-mou et que sa collection de dés à coudre est craignos. Oui, les carcans de la vie sociale sont impénétrables ! Une fois de plus, le blog vous éclaire sur ces situations délicates.

A un entretien d’embauche : « Quel est votre principal défaut? »

Don’t : « Je dirais que je suis égoïste et lâche. Je ne supporte pas de travailler en équipe et la plupart du temps je suis inadapté socialement, en gros les gens ne m’aiment pas et je ne les aime pas non plus. En plus de ça, je suis un peu lent à piger… Mais bon c’est juste le temps de m’habituer un peu… Alors vous m’embauchez ? « . 

Do :  » Selon mon entourage je suis un peu trop perfectionniste ».

entretien d'embauche, mensonge,

 A votre voisin de palier : « Salut, ça va? »

Don’t : « Non, la vie est une tartine de merde, mon chat a fait une tentative de suicide et quant à moi je suis très déprimée depuis que mon ex est parti ! Du coup, je rattrape ce manque affectif en mangeant mes émotions et c’est pour cette raison que je ressemble à un sumo avec un manteau en Tartan. Dodue à tel point que le parquet de mon appartement a cédé sous mon poids l’autre jour et j’en ai eu pour des milliers d’euros de réparation – sans parler de la note des pompiers qui ont dû m’extraire du trou – donc je ne partirai pas en vacances cette année… Et toi? « .

Do : « ça va très bien et toi ? » – avec un large sourire hypocrite. Oui, votre voisin  ne souhaite pas vraiment savoir comment vous allez, il vous montre juste qu’il a remarqué votre présence sur le palier et qu’il ne vous déteste pas trop… Encore qu’avec le bruit de votre chute ce week-end vous l’avez empêché de dormir.

A la visite médicale : « Buvez-vous régulièrement? Prenez-vous des drogues ? « 

Don’t : « Oh oui! C’est marrant que vous me posiez cette question parce que j’ai la chance d’avoir la double casquette de cocaïnomane et d’alcoolique! D’ailleurs vous n’auriez pas un mouchoir, je sens que je commence à saigner du nez, ces migraines et ces tremblements c’est pas toujours facile à gérer surtout pour un chirurgien comme moi ! »

Do :  « Non jamais, et en plus je mange même cinq fruits et légumes par jour! »

docteur, mensonges, drôles,

A votre petit neveu : « Le père noël existe hein? »

Don’t : « A ton avis ? Est-ce que tu trouves ça crédible un gros type barbu qui, tous les 24 décembre, n’a que ça à faire de voyager dans un traîneau tiré par des rennes volants dont l’un s’appelle Rodolphe pour t’apporter à toi – petit pesteux gras et pourri gâté – des cadeaux que tu délaisseras 3 jours plus tard ?! Tu es un peu concon pour un mioche de 10 ans toi quand même !  »

Do : « Oui, d’ailleurs je serais toi je lui commanderai un cheval ou un hélicoptère ! »

A votre belle-soeur qui vient de chanter au Karaoké : « Alors, t’as aimé? »

Don’t :  » Ah c’est toi qui vient de chanter?! J’étais persuadé qu’un chihuahua tentait d’imiter Mireille Mathieu ! Aimer ? Non, je ne crois pas que ce soit le mot. Par contre je travaille au contre-espionnage et nous cherchons de nouvelles techniques de torture pour que les agents double crachent plus vite le morceau … Tu me filerais un enregistrement de ta voix? »

Do : « Oh oui! Mais plus ça serait de la gourmandise donc n’y retourne pas !Laisse une chance aux autres aussi !  »

chanter, karaoké, mal, mensonge

Comment plaire à pépère ?

L’autre jour, cherchant comment aborder le thème des droits des femmes sur le blog – car la journée internationale des droits des femmes a lieu le 8 mars – ,  je suis tombée sur un guide d’éducation à « l’économie domestique » pour les jeunes filles de bonne famille daté des années 60. Je vous invite d’abord à lire le morceau choisi sans quoi le reste de mon article risque de vous sembler légérement obscur.

publicité, machiste, femmes, hommes

J’ai trouvé ce guide… N’ayons pas peur des mots… Cet hommage à la gent féminine, bien conçu mais il demande à être complété car certains aspects de la vie courante d’une femme au foyer manquent cependant. Vous connaissez l’adage : « Deux femmes au foyer averties valent mieux qu’un aspirateur sans sac « , voici donc quelques précisions utiles mesdames.

Ce qui me laisse particulièrement sans voix c’est que le manuel a oublié de préciser que votre mari, lorsqu’il rentre du travail, souhaite également prendre un bon bain avec de la mousse et un canard en plastique jaune pendant que vous lui masserez lascivement le dos tout en fermant bien votre gueule pour qu’il puisse écouter la radio tranquillement. S’il commente les actualités acquiescez avec un petit air d’admiration afin qu’il sache combien ses remarques sont pertinentes.

Egalement, grande absente de ce guide – pourtant très complet – , la mandale que vous allez vous manger si par mégarde son dîner n’est pas assez savoureux. En même temps vous l’avez bien cherché, il ne fallait pas laisser brûler le dindonneau, merde ! Travailler 10 heures par jour pour qu’une bonne femme (même pas capable de cuire un dindonneau) s’achète des robes, où va le monde ?

homme, femme, repas, brûler, publicité, misogynie

Autre détail manquant mesdames, si, lorsqu’il est assis confortablement dans son fauteuil, monsieur n’a pas de repose-pieds, merci de veiller à vous mettre à quatre pattes afin de permettre à votre homme de délasser ses jambes en les posant sur votre dos. Là encore, veillez à être discrète et s’il vous le demande – et uniquement s’il vous le demande – chantez-lui une petite chanson afin de ravir ses délicates oreilles.  Cessez si tôt qu’il vous l’ordonnera.

N’oubliez pas également qu’il est le maître des lieux et que, par conséquent, vous êtes moins intelligente que lui. Pour le flatter, n’hésitez pas à exagérer votre air d’incompréhension lorsqu’il vous parle de son travail, de politique ou encore de finance – thèmes auquels vous n’entendez rien de toute façon. Un petit rire aigu – sans ouvrir la bouche, merci de rester distinguée !  – afin d’accompagner son discours, l’encouragera dans la bonne humeur et il se fera une joie de vous raconter des anecdotes en s’adaptant à votre niveau intellectuel – certes faible…  

homme, femme, misogynie, publicité

Bon ça suffit, tu as assez chanté !

Enfin, si monsieur a une affaire avec sa secrétaire, laissez-le faire ! Il passe ses journées sous pression. Il prend sur lui en permanence pour supporter votre petit rire idiot, vos plaintes incessantes et vos dindonneaux crâmés alors ne soyez pas égoïste pour une fois et laissez-le tranquille !

Ces expressions insupportables…

Alors voilà, la vie vient, le temps court mais certaines expressions restent, se répandent et envahissent même le  vocabulaire des plus précautionneux d’entre nous. Parfois, il ne faut pas hésiter à le dire, c’est moche et ça ne veut rien dire alors autant renoncer. Rencontre avec ces expressions un peu perfides et surtout très nazes.

  • « Grosso merdo » : Je ne m’explique pas pourquoi cette expression me révulse autant.   Une personne qui utilise « grosso merdo » au lieu de grosso modo – oui car grosso merdo n’est pas une expression à part entière ne l’oublions pas –  est une personne dôtée d’un grand sens de l’humour ayant l’art de manier la nuance lorsqu’il/elle s’exprime. Un poète en somme.

expressions, désagréable, drôle, insupportable

  • « Swag » :  Quand j’entends ce mot  je pense  regard bovin, chewing-gum collé au palais et faux bronzage couleur caramel fluo type « swâââg ». J’ai alors envie de rejoindre le monde des idées pour toujours. Le mot swag sensé signifier « style » ou « classe » s’assimile plutôt à l’élégance du kéké des plages.
  • « Trop pas ! » :  Le problème du « trop pas » c’est que ça devient facilement un tic de langage insupportable chez les gens qui l’utilisent – avec quelques nuances de ton selon le sujet abordé.

– « T’as trouvé facilement

– Nooon trop pas!

– ça te dit un resto?

– Ah non trop paaas!

– Il te plait le mec ?

– pffff non troooop pas!  »

  • « Tartan« ,  « néoprène » et « nailart » : Dans le grand monde des blogs , il y a des phénomènes de mode assez hallucinants par leur ampleur  mais aussi par la rapidité avec laquelle ils disparaissent. Ainsi, depuis septembre les blogueuses mode ne juraient que par le Tartan (un espèce de motif à grands carreaux un peu style mamie). Mais ça c’était avant – oui, je cherche des sponsors ! – Maintenant, nous sommes passés à la grande mode du – tenez-vous bien –  Néoprène. Ce mot me fait penser à du matériel de réparation de fuite pour les baignoires (nb : c’est en fait un tissu tout rigide pour les combinaisons de plongée). Enfin, le fameux Nailart – littéralement « art de l’ongle » – organisé en communautés  de « nailistas » qui se font les ongles entre elles – je suppose. Je ne vais pas m’attarder sur la question car les « nailistas » représentent un lobby essentiel chez les blogueurs et je ne souhaite pas être coulée dès demain par leurs posts vengeurs et acides.
  • « Asap » : C’est l’expression du mec qui n’a pas le temps parce que sinon il dirait « as soon as possible » et ça serait ridicule aussi d’ailleurs. Asap fait partie de la boîte à expressions du manager bilingue et d’jeune au même titre que « brainstormer » ou « confcall ».
  • « VIP » :  Un salon VIP est un endroit – en général dans une boîte – où sont entassés des gens qui ont payé cher pour montrer qu’ils sont plus importants que les autres puiqu’ils ne sont pas entassés exactement au même endroit que la plèbe ( le salon VIP est d’ailleurs situé un peu en hauteur pour marquer cette différence notable). Le VIP est une personne qui marche dans la rue avec des lunettes noires par peur que les gens le reconnaissent et lui sautent dessus pour le remercier de cette seule et unique chanson qu’il a fait dans les années 80. C’est pas la grosse gloire d’être un VIP donc on va arrêter avec ça!

La prochaine fois je reviendrai sur des expressions absurdes comme « je dis ça, je dis rien… » et « Au jour d’aujourd’hui ».

J’ai (pas) tenu mes résolutions de nouvel an

Oui les gars, nous sommes déjà quasiment mi-février et pour toutes celles et ceux qui ont pris de « bonnes résolutions » c’est l’occasion de faire un premier bilan de l’amélioration opérée ! HaHa! Qu’en est-il de toutes ces belles phrases prononcées avec assurance sous un bouquet de houx accroché négligamment à l’abat jour du salon rempli de mouches mortes ? Qu’en est-il de ces affirmations peremptoires dites avec un petit sourire en coin : « Attends mais moi c’est clair! Cette année je m’investis à fond dans ma passion pour le gobage de flamby » – Comme je ne tiens pas à avoir de problème, je précise qu’il s’agit bien du yaourt et que les termes « gobage de flamby » ne sont en rien une référence à notre Président!

résolution3

Résolution n°1 : « Enlever toutes les mouches mortes de l’abat-jour du salon ». [PAS FAIT] Oui bon, vous pouvez toujours vous accrocher au fait qu’en plein hiver il n’y a pas de mouche et que donc la quantité d’insectes décoratifs restera stable au moins jusqu’en avril…

Résolution n°2 : « Penser un peu à moi ». [FAIT] Oui c’est étrange pour des personnes aussi altruistes que nous tous, penser à nous en priorité relève d’un effort surhumain et d’un travail quotidien mais nous y sommes arrivés ! Bravo!

Résolution n°3: « Dire « merde » à mon collègue qui me fait ch…! » [PAS FAIT] Non. Bizarrement une phrase sussurée à l’oreille de tonton Bernardo, pendant les vacances de Noël avec 5 verres de champagnes dans le nez, ne résonne pas tout à fait pareil lorsque vous vous retrouvez face à Odette qui vient squatter votre bureau des heures durant. Elle vous explique alors qu’elle n’a pas le temps car ELLE, elle a du boulot « jusque-là »! Mais vous savez quand même que ses grands-parents sont en maison de retraite et que ça coûte très cher, que sa grande tante Berthe l’a déshéritée, que son frère est chippendale et que dans son village natal elle a été élue miss Cochonou (rapport à la marque de saucisson chinois).

Résolution n°4 : « Manger 5 fruits et légumes par jour et faire du sport 3 fois par semaine minimum  » [PAS FAIT] Franchement c’est surprenant!  Ce n’est quand même pas hyper contraignant de préparer des ratatouilles tous les jours en plus d’aller à la piscine et à la gym suédoise tous les deux jours alors que vous finissez à 20h tous les soirs. Si le dimanche vous mixez 35 fruits et légumes ensemble et que vous buvez le tout c’est déjà une première étape.

Résolution n°5 : « Me faire plaisir « . [FAIT] A peine passé minuit le 1er janvier, vous vous êtes précipités sur le gâteau aux trois chocolats dans la cuisine en clamant haut et fort que cette année sera la vôtre ! Vous êtes désormais ce qu’on appelle un « gordo feliz » (gros heureux) – oui mais heureux!

Résolution n°6 : « Arrêter de fumer ». [DISONS QUE VOUS AVEZ ESSAYE] Seulement après avoir pris 20 kilos en un mois, vous être fait virer du boulot pour avoir mordu votre collègue (voir résolution n°3) et avoir volontairement roulé sur un type qui traversait la rue parce que, je cite : « Il me narguait  avec sa lenteur », vous avez décidé de reprendre la clope et de vous entourer d’une équipe de psychiatres et de coach pour votre prochaine tentative.

résolution1

Courage ! Plus que 10 mois et demi !

Petites tracasseries de Saint Valentin

Finalement, quand on écrit un blog sur le thème des cadeaux et de la fête et que notre imagination n’est pas une corne d’abondance  inépuisable,  on se retrouve vite à puiser des idées selon les saisons et les fêtes qui jalonnent notre calendrier … Oui oui, je me prépare de beaux jours pour alimenter ce blog dans un an aux mêmes périodes !

Du coup comme nous sommes quasiment au mois de février, que c’est un moment d’acsèce dans les achats puisque les fêtes et les soldes ont laissé vos comptes en banque aussi vides et inconsistants que le cerveau d’un trilobite, les marketeurs  ont choisi de fêter « l’amour » car aimer c’est c’qui y’a d’plus beau (dixit Shakespeare… me semble-t-il) en inventant la Saint Valentin. valentines day 1

Non ce n’est pas cliché. Tout le monde aime recevoir une lettre sans timbre glissée directement sous sa porte par un(e) inconnu(e) dont le texte reprend les paroles de « Que je t’aime » de Johnny Hallyday accompagnée d’une mèche de cheveux et une signature faite de sang humain. C’est même plutôt flatteur ! Cela dit – gros paradoxe –  il semble que la personne qui vous poursuit n’est pas très au fait de vos goûts, vous c’est plus Céline Dion en fait…

Mais non ça n’est pas ringard la Saint Valentin et surtout pas quand, pour vous rendre hommage, un type déguisé en troubadour a été payé pour venir chanter du Céline Dion sous votre fenêtre à 6h30 du matin. « Pourquoi si tôt ? », me direz-vous. Hé bien parce que vous partez au boulot à 7h15 et que votre admirateur/trice-harceleur connait bien votre emploi du temps. Evitez de caillasser l’artiste qui ne fait que son travail après tout.  

Non ce n’est pas dangereux la Saint Valentin même si certain(e)s célibataires, par désespoir, décident ce soir là de se plonger dans l’alcool pour oublier qu’ils sont seuls et s’aperçoivent, après 15 shooters de tequila, qu’en fait la solution la plus facile consiste à reconcquérir leur ex. Quoi de plus romantique que d’assaillir sa boîte vocale de messages accompagnant vos phases éthyliques. D’abord, après quelques verres, la phase cordiale : « Salut! ça fait longtemps! Tu peux me rappeler s’teu plaît, je voudrais te parler! Bisous ». Après une heure (et 5 shooters supplémentaires), la phase ‘insistance‘ : « Euh…bon tu rappelles pas…Euh tu fais quoi ? rappelleeuuu! C’est important! « . Passé environ 30 minutes et 5 nouveaux shooters- car oui l’impatience grandit en buvant – la phase colérique : « Ah ouais… Tu fêtes la Vaint Salentin avec Tartampion j’chui sûr! Seulement après 8 mois ! T’es une vraie pourdure toi! Vas te faire f… « . Pour finir  par une phase de désespoir larmoyant : « Ze voulais pas dire çaaaa! Rappelleeuuuu! Je t’aimeuuu! ». Normalement, quand la personne rappellera – si elle rappelle – vous serez endormi sur le bar ou malade mais dans tous les cas vous ne décrocherez pas. Il faut quand même savoir se faire respecter !

valentines day 2

BONNE VAINT SALENTIN!

Comment survivre à la (morne) période hivernale ?

Cette nuit – vers 7h45 du matin, « Oh malheur !  » j’ai vu mon reflet dans la vitre du métro. Je me suis alors demandée « Est-ce bien moi ce mélange incongru entre un zombie albinos et un sharpei décoiffé ? » La réponse était non bien sûr (pensez-vous!), il s’agissait en fait d’un gros monsieur qui tenait la barre derrière moi et que je n’avais pas vu car quand je vais au boulot en pleine nuit je n’ai pas vraiment les yeux en face des trous.

Mais plus inquiétant encore, j’ai constaté que toutes les personnes présentes dans la rame lui ressemblaient. Elles semblaient toutes sorties du coma avec le teint cireux et les yeux tellement gonflés qu’on ne peut même pas savoir s’ils dorment ou s’ils lisent le 20 Minutes qu’ils ont sur les genoux. Bref… La situation est générale donc : « Bienvenue dans la très longue période « d’après les fêtes«  »… et comme l’a dit un certain poète dont je ne me rappelle plus le nom : « Après la fête, la défaite! ».

Courage les gars plus que trois mois!

Trêve de citations inutiles ! Comment survivre à une période de 3 mois sans voir le soleil et sans autres perspectives réjouissantes que de manger une tartiflette ou de boire une vodka-fraise pour survivre au Grand Froid ?

Plusieurs réponses sont possibles face à votre détresse les amis. Ne vous en faites pas je suis là pour vous aider à affronter l’odieux hiver !

  • Faites comme les ours : Dormez ! Bon, l’hibernation n’est pas forcément permise à tout un chacun donc prenez garde. Si vous avez un boulot « avec des responsabilités » ou des enfants « dépendants de vous », les 3 mois d’hibernation non-stop semblent compromis. Désolée, mais il fallait réfléchir avant de faire n’importe quoi! Quant aux autres, un téléphone à portée de main pour commander à manger de temps en temps et vous n’aurez plus qu’à vous vautrer dans les plumes jusqu’en avril. En plus, vous serez bien reposés pour entamer la sacro-sainte saison des apéros!
  • Faites comme les russes : buvez pour survivre au froid et à la morosité. Entendons-nous bien. J’ai dit « buvez », certes mais évitez de copier les doses des russes – déjà car ils sont plus entraînés que vous. Et ensuite parce que vous louperez effectivement les 3 (tristes) mois d’hiver mais à cause d’un coma éthylique. Vous vous réveillerez alors avec le look d’Homer Simpson – à savoir une jaunisse.
  • Faites comme les vieux seniors : mangez « comme si » c’était votre seul et unique plaisir sur terre – J’ai choisi de mettre comme-ci entre guillemets car pour la plupart d’entre nous manger est déjà notre seul et unique plaisir. La saison hivernale a au moins l’avantage de nous prodiguer quelques uns des meilleurs plats du monde : raclette, tartiflette, poulet rôti/pomme de terre et marrons chauds.
  • Faites comme l’autruche : planquez votre tête sous terre et espérez que ça passe. Attention à bien vous couvrir, vous risquez des angelures à attendre que ça passe pendant 3 mois dehors. N’oubliez pas la petite paille pour respirer.
  • Faites comme les gens malins : partez dans l’autre hémisphère et profitez de l’été tout en narguant vos amis Facebook (restés dans l’hémisphère Nord – vous l’aurez compris) en publiant des photos de vous à la plage et des statuts du type « Pffff 40C° à Copacabana ! C’est presque intenable! »

Il faut savoir en profiter aussi !

Précaution d’emploi : attention,  ne suivez pas toutes ces recommandations EN MÊME TEMPS ! Vous risqueriez de cumuler la perte de votre vie sociale, l’alcoolisme, l’obésité, la présomption de folie et la perte de vos économies. Choisissez-en une et gardez la même ligne de conduite jusqu’au printemps !

Bon courage ! Quant à moi, il est l’heure de ma raclette de 15h.

Top 10 des foirades (fails) de nouvel an

Le nouvel an, les amis, les cotillons, le champagne, les petits-fours, les amis des amis, les amis des amis bourrés, le vomi, la bagarre… Bref, le nouvel an est une soirée pareille aux autres à l’exception près qu’elle célèbre la fin d’une année (merdique ou pas ça n’est pas la question !) et le début d’une nouvelle qui on l’espère ne sera « pas aussi pire que la précédente » dixit m’aame Michu. Voici donc le top 10 des foirades à venir pour votre 31 Décembre. Une fois le réveillon passé, vous direz sans doute que mon esprit vif a encore vu juste.

nouvel an, réveillon, boire, drôle

Nouvel an : prétexte pour pouvoir boire sans avoir à se justifier.

  • Vous avez un pote qui aime de la musique de m… mais c’est le seul a avoir Deezer ou Spotify en illimité, il a donc décidé de s’improviser DidJé et prend son rôle très à coeur en passant les Sardines et le poétique « et quand il pète il troue son slip »… ambiance !
  • Le réveillon a lieu chez un couple précautionneux qui tient a conserver son « beau parquet d’époque sans rayure ». Résultat, petite robe noire Mango : ok, costard : ok, collant noir : ok, bouton de manchettes : ok , coiffures au top : ok et en bonus pantoufles en pilou rose fournies par la maîtresse de maison … pas de photos de plein pied merci !
  • Cette foirade est tellement affreuse que j’ose à peine l’évoquer par superstition (le nouvel an approchant). Je l’appellerais donc « le fléau du nouvel an ». Il s’agit de la pénurie en alcool, donc à 22h les 3 bouteilles de rosée ont été bues par un seul invité )- qui danse un slow tout seul dans la cuisine –  et il va falloir trouver de quoi s’occuper jusqu’à au moins une heure du matin… en mangeant des mini-saucisses ?
  • L’inconnu en plein chagrin d’amour. Je vous conseille vivement d’éviter de lui parler, de l’approcher ou même de le regarder. La personne en question passe sa soirée à boire comme un trou et à parler de son ex – que globalement dans l’assistance personne ne connaît (on est même pas certains que lui-même ait été invité). Vous devrez le prendre dans vos bras pour le réconforter tout en lui faisant comprendre qu’il ne s’agit pas d’une ouverture… Si il/elle a beaucoup bu, il y des chances pour que la personne se mette à crier un truc du genre :  « Comme un con j’ai tout fait foirer ! Comme un con putain !  » et éclate en sanglots… A ce moment là, nous sommes partagés entre l’envie de s’amuser (« c’est le nouvel an, merde ! ») et la nécessité de montrer une certaine empathie envers la malheureuse personne.
  • L’accident bête. Dans cette catégorie les nominés sont  : les bouchons de champagne, les bougies – surtout pour celui qui porte des manches chauve-souri (c’est moche et c’est dangereux), les talons hauts, les danses sur canapé et les fumeurs penchés au balcon… Et le gagnant est : Vous ! qui passez vôtre réveillon aux urgences de l’hôpital Saint-Antoine à tenir la main  d’un type que vous ne connaissez pas mais qui pour faire le malin s’est enfoncé un fourchette dans le nez et n’est pas parvenu à la retirer.

    nouvel an, réveillon, bagarre, drôle

    Accident lors d’un réveillon qui s’annonçait pourtant festif !

  • Excusez-moi par avance pour une telle trivialité mais il faut bien en passer par là lorsqu’on décide de catégoriser les foirades de nouvel an. L’ami qui, ayant trop bu, se met à tomber sur les meubles et les invités tout en vomissant partout- Oui, vous vous dites que passé 22 ans, les gens savent se tenir… et bien détrompez-vous et pour vous rendre un peu plus paranoïaques, je dirais que personne n’ est à l’abris de ce genre de lose humiliante. Je n’ai aucune recommandation à faire dans ces cas-là… Si ! faire en sorte qu’au moins il ne s’agisse pas de vous.
  • Passer la soirée du nouvel an à regarder Arthur sur TF1.
  • Passer la soirée du nouvel an à regarder Patrick Sebastien sur France 2 – plus « Les Serviettes » (voir foirade 1), ça frôle le harcèlement !
  • Les bons copains qui s’embrouillent parce qu’il est 3 h du matin, qu’ils ont trop bu et qu’ils ne sont pas d’accord – mais alors là pas du tout – sur le fait de savoir si le moustache de José Bové est vraie ou fausse. Demandant ainsi à tous les invités de prendre parti dans une dispute qui n’a ni queue ni tête.
  • Devoir faire la liste de nos bonnes résolutions pour l’année à venir devant une personne que l’on ne connait pas mais avec qui il faut bien alimenter la conversation. Alors on se force à évoquer des banalités que l’on ne tiendra jamais : « faire du sport au moins 3 fois par semaine », « arrêter de fumer », « diminuer l’alcool », « nettoyer mon appartement », « chercher du boulot »…

Bon cette liste n’est pas exhaustive alors venez par ici la compléter en me racontant vos pires foirades de nouvel an !

Joie de Noël, Episode 2, Le repas de famille

Tout commence dans une ambiance joviale. Petit papa Noël de Tino Rossi, que votre grand-mère a racheté en CD dans les années 90, donne une ambiance un peu ringarde mais sympathique à ce réveillon en famille. Après l’entrée vous serez tous réunis autour d’une grosse dinde (non il ne s’agit pas du père Noël) et partagerez des mets délicieux. L’oncle José est venu avec de bonnes bouteilles de sa cave et votre petite nièce Joséphine a décidé de faire un joli dessin de la famille maintenant que (presque) tout le monde est réuni. En effet, l’oncle Parfait, second mari de la tante Liliane, n’est pas présent car suite à une bête histoire de détournement de fonds au sein de son entreprise, effectué évidemment contre son gré, la justice l’oblige à rester en résidence surveillée.

famille, noel, drôle

Noël en famille

Lorsque Tatie Valérie apporte le foie gras et les toasts sur la table, tout le monde rit de contentement. Pépé Ivon explique que ce foie gras vient de la ferme du fils d’un ami et que cela devrait être délicieux, que de son temps on n’avait pas autant à manger et qu’ils étaient moins indécents parce qu’eux au moins ils ne gaspillaient pas et qu’on devrait tous avoir honte d’exister ! Bref… C’était sans compter votre petite cousine Pénélope se revendiquant du mouvement vegan, 16 ans et donc très instable qui se met à arroser de Ketchup le foie gras en fixant pépé et en criant « assassin » ! Pépé soulève alors son grand corps dégingandé à l’aide d’une canne et de sa voix chevrotante il dit que si Pénélope est débile c’est parce qu’elle a été finie au pipi. Vous ignoriez jusque-là les qualités de rhéteur de votre pépé, et vous vous dites que c’est un sacré personnage. C’est à ce moment là que la tante Liliane (et mère de la Vegan – suivez une peu!) fond en larmes en hurlant : « Pourquoi c’est toujours moi qui prends ? Pourquoi vous me détestez tous ? ». Elle vous met même à l’index en vous accusant d’être un hypocrite puisque vous ne dites jamais rien, c’est sûrement que vous crachez sur le dos de tout le monde – oui. Pour essayer de changer de sujet, votre grand-mère se lance dans un monologue désespéré : « Si vous n’aimez pas le foie gras, il y a aussi des crevettes ! hein ! Tout le monde aime les crevettes ! « 

Le pépé et la tante Liliane n’arrêtent plus de se hurler dessus, sans doute un problème d’incompatibilité générationnelle vous dites-vous. Mais, c’est au moment où pépé se saisi d’un peu de foie gras pour le lancer à la tête de Liliane, que votre cousin Philibert propose « de faire une petite chanson sur Jésus à la guitare pour calmer tout le monde ». Il entame alors le premier couplet en souriant béatement quand Tatie Valérie craque son slip et dit au cousin « Arrête avec cette guitare ou je vais te la… J’en peux plus de toi ! Tous les jours la guitare ! Tous les jours ! » Elle se saisit alors de l’objet du délit et fracasse la guitare par terre.  Cela vous rappelle  vaguement un concert des Who que vous aviez vu à la télé, sauf que cette fois-ci l’artiste mesure 1 mètre 50, est vêtu d’un tailleur jupe motif pied-de-poule et porte des boucles d’oreilles Chanel. Comme la situation est cocasse, Gérard qui est un Geek au sens le plus plat du terme, décide de filmer sa belle soeur pour faire un « paquet de vues sur Youtube ! ». Ce qui est certain, c’est que 10 minutes après la mise en ligne, la vidéo comptabilise déjà 20 000 vues…

La cacophonie des hurlements de pépé et de la tante, des pleurs de la Vegan, de Tino Rossi et du monologue de mamie est soudain interrompu car Joséphine veut montrer le beau dessin qu’elle a fait de la famille. Tout le monde se calme. A la vue du dessin, papy Jean-Roger s’exclame qu’il n’est pas si gros, si rouge et qu’il n’a pas autant de barbe dans la « vraie vie ». Ce à quoi Joséphine répond que ce n’est pas papy Jean-Roger  qu’elle a voulu dessiner ici mais la tante Liliane…

Les lendemains de soirée au travail

Ce matin, au moment où votre réveil a sonné vous avez eu l’étrange impression de n’avoir dormi que 10 minutes (ça n’est peut pas qu’une impression en fait…). Un put*** de Pic-Vert cogne dans votre tempe gauche à un rythme effréné et aggrave cette sensation de nausée.

Lorsque vous vous regardez dans le miroir, vous avez le teint cireux-jaunâtre, les joues pleines de couperose et vos yeux sont injectés de sang. Votre tête ressemble en fait étrangement à celle de Barney Gumble, personnage alcoolique des Simpsons. La seule question que vous vous posez à ce moment là c’est « pourquoi? », « Pourquoi avoir appliqué l’adage Breton « horizon pas net reste à la buvette » ? » c’est ridicule car plus on reste à la buvette et moins l’horizon est net et donc plus on doit rester à la buvette… c’est un cercle vicieux dont vous avez été la malheureuse « victime »!

Malgré tout ça, il va bien falloir vous y coller ! Vous avez un chat à nourrir après tout! IL FAUT ALLER TRAVAILLER! En buvant votre café, vous vous grattez la fesse droite tout en repensant à votre soirée de la veille. Vous n’avez pas été très raisonnable hier… Et là, vous payez un dur tribut physique. Franchement trois verres de blanc, une bouteille de rosé à vous tout seul et 3 shooters de Tequila est-ce vraiment sensé un mercredi soir ? Aller! Traînez-vous jusqu’au bureau en métro, voiture, train, scooter ou trottinette et on se rejoint là-bas !

fête, lendemain, alcool, fatigue, bureau, travail

En arrivant au travail, l’hôtesse d’accueil vous jette un regard de pitié ou de compassion – vous ne savez pas trop et elle vous lance un « bon courage » en levant le point. Tel un animal traqué, vous allez vous réfugier comme vous pouvez dans « votre » bureau, qui est en réalité un open-space (dédicace à tous les veinards!). Votre collègue d’en face, dont vous n’apercevez normalement que le haut du crâne chauve au-dessus de l’écran d’ordinateur, penche la tête pour vous observer : « Ben dis donc ! T’en as une sacrée tronche de cake! T’as fait la fête ou quoi? ». Dans le monde du travail, il est important de passer pour une personne sérieuse et responsable alors vous décidez de dire que vous avez fait une petite insomnie comme ça arrive parfois… Et non pas que vous avez voulu faire un remake de Coyote Girl sur le bar du Next mais que le serveur vous a rattrapé par le jean en vous disant de vous calmer un peu parce que ça commence à bien faire les gens qui boivent et qui ne savent pas se maîtriser et qui font fuir la clientèle. De toute façon, la seule chose qui vous préoccupe vraiment c’est de trouver un point d’eau potable. Vous passez la matinée à squatter la fontaine à eau comme un boulimique au rayon gâteau du Monoprix… Jocelyne – qui passe elle même toute sa vie à la machine à café – vous demande si ça va en riant comme une dinde sans doute parce qu’elle doit trouver que vous avez l’air bien mal en point.

Le reste de la journée s’écoule lentement, vous faites un effort surhumain pour ne pas piquer du nez devant votre tableur excel de 5000 lignes  et vous  remarquez que votre supérieur, quand il passe dans l’open space vous jette des regards étranges… Un peu comme si votre mine déconfite ne lui inspirait pas confiance. Vous laissez votre imagination vagabonder tout en fixant la ligne 2438 du tableau. Hier soir, vous avez chanté comme un malade au Karaoké (ça explique le mal de gorge), il vous semble vous rappeler que vous avez chanté une chanson paillarde avec vos potes… enfin un truc classe quoi ! Vous riez lorsque vous repensez à l’excellente imitation que vous avez fait de votre chef hier devant vos amis. En même temps vous n’avez pas vraiment de mérite, ce type est « déjà une caricature vivante ». C’était une bonne soirée quand même!

 C’est au moment où Roger rentre dans l’open space après sa réunion en vous saluant d’un « bonne imitation hier ! » que tout vous revient ! Hier, vous n’étiez pas avec des amis intimes mais c’était un afterwork avec votre équipe et… votre chef !

Propulsé par WordPress.com.