Noël : arnaques et dangers ! – par Villard de la Bernardière

Moi j’aime bien Noël, c’est lumineux, familial, on mange bien et l’on reçoit des cadeaux (plus ou moins naze certes, mais c’est le geste qui compte !). La période « d’avant-Noël » est assez top car il fait froid, on porte de grosses écharpes et des moufles en laine, on mange de la raclette, du chocolat et l’on grossi bien caché dans son Duffle-Coat à l’abri des regards indiscrets…

 Malgré ce tableau idyllique, n’oubliez pas que Noël, c’est avant tout l’occasion de vous faire pigeonner *musique d’angoisse de l’Exorciste* : une grosse arnaque ! Tel Bernard de la Villardière qui part enquêter au nom du devoir dans les lupanars* du monde entier, j’ai décidé d’enquêter entre les rayons du Picard du coin, le Bon Marché et La Grande Récré pour repérer les arnaques dont vous allez peut-être être victimes.

santa klaus, père-noël, méchant, noël, cadeaux

 Moi ce que j’aime particulièrement dans la magie de Noël c’est de faire et de recevoir de beaux cadeaux, un vrai plaisir partagé avec nos proches. Du coup, assez tôt en décembre, je me lance allégrement dans la chasse aux présents et j’essaie de repérer le détail qui fera mouche ! Je me rends donc au Bon marché et devant le magasin un père Noël avec la barbe mise de travers et un carreau de lunettes cassé fait une collecte d’argent pour « on ne sait pas trop quoi « . Il sort régulièrement sa gnôle de sa poche et boit à intervalles réguliers 4/5 gorgée de mauvaise vodka mais surtout il insulte ceux qui ne donnent pas d’argent en les traitant  » de bourgeois égocentrique à grosses fesses ». Décidant que je ne fais pas partie de cette tranche de la population (+ réduire ma culpabilité dépensière), je  lui glisse une petite pièce dans le récipient. Il regarde la pièce et marmonne que « si tout le monde était aussi généreux que toi, on s’rait pas dans la merde ! » Première arnaque de la journée : le père Noël est censé être un grand-père bienveillant et sympathique… Peut-être pas en fait! Peut-être que le père Noël est blasé de tous ces bobos qui courent de rayons en rayons avec une veine à la tempe et les yeux hagards pour acheter des choses aussi inutiles que chères…

course, noël, cadeaux, pas contents, en colère, angry

ça va saigner!

La seconde arnaque a lieu aux jouets quelques minutes après. J’ai promis (à partir de là la situation peut devenir très compliquée) à ma petite nièce la Fée Volante à 30 balles qui est en rupture de stock, m’explique le vendeur… Un peu plus tard dans la soirée, je me rabattrai sur Amazon pour trouver la Fée ailée aux bras maigres et aux cheveux roses (junkie oui!) pour la modique somme de 200 euros… Je soupçonne fortement le vendeur du magasin d’être aussi le revendeur Amazon… Bref, avec mon talent et mon imagination je lui fabriquerai une fée clochette en carton et pâte Fimo! ça lui plaira quand même et puis, c’est l’intention qui compte !

Résultat : Ma petite nièce passera toute la matinée de Noël à pleurer et tentera de m’étrangler dans mon sommeil avec le ruban de la fée la nuit suivante… Les enfants sont si mignons !

enfant, noel, cadeaux, vexé, enervé, en colère

La troisième arnaque importante en ce moment de fête, et il me semble indispensable qu’un porte-drapeau la dénonce haut et fort, c’est la dinde ou le chapon selon. Oui, c’est LE plat préparé chaque année en famille. Pourtant, c’est sec comme un bi de coucou, hyper étouffe chrétien et donc dangereux pour les personnes âgées, les enfants, les femmes enceintes et… tous les autres en fait!  Les marrons cuits ne font qu’ ajouter à la sensation de lourdeur du plat et au goût subtile de la chair à saucisse de la farce un « je ne sais quoi » de l’ordre du plâtre. Je pose donc la question : « Pourquoi?« . Je me souviens d’une année funeste où ma grande tante Paulette a mangé un bout de blanc de dinde tout en racontant son excursion en Égypte « où le sphinx n’est pas aussi impressionnant que cela« . Soudain, rouge brique elle s’est mise à suffoquer et c’est là que mon cousin Gontrand qui est infirmier a crié : « Elle va claquer !« . Il a rapidement effectué ce que la Croix Rouge appelle une « compression abdominale », jusqu’à ce que Paulette recrache son bout de dindon sur la table du souper après un ricochet sur le front du grand-père…

J’espère que toutes ces histoires vous ont inquiété au plus haut point ! Bientôt un sujet sur comment vendre vos cadeaux pourris au meilleur prix sans vous faire attraper par votre famille sur leboncoin.fr

cadeau, compliqué, pénible, foule, shopping, noel

*bordels

 

Comment avoir l’air intelligent… alors qu’on est pas fute-fute

Jamais en retard d’une mode, le blog suit les grandes tendances actuelles des magazines : comment avoir l’air jeune?   Alors qu’on est fripé comme un abricot sec, comment avoir l’air mince? Alors qu’on fait « plus envie que pitié« , comment avoir l’air en forme? Alors qu’on a dormi 4 heures en 3 jours.
Dans cette chronique, le blog s’intéresse donc au look de votre cerveau, voici quelques astuces de derrière les fagots pour paraître plus intelligent.

drôle, intelligents, culture, conseils

Ils n’ont pas l’air très malins ceux-là dis-donc !

  •  Retirer tous les indices qui donnent une petite idée de vos (mauvais) goûts : fonds d’écran tuning, photo de vous au salon de l’auto, collection de dés à coudre des régions de France, coffret DVD de K2000, posters de Mireille Mathieu et biographie de Cauet. C’est LA BASE.
  • Faire semblant de regarder Arte : alors que vous êtes passivement en train de bloquer devant Les Princes de l’amour (Est-ce que Jessica va dire à Kévin qu’elle l’aime?) sur NRJ12, changez de chaîne dès que vous entendez quelqu’un approcher et prenez l’air très intéressé par ce qui se dit en  acquiesçant de la tête tout en plissant les yeux pour montrer votre extrême concentration – Une comète pourrait s’écraser chez votre voisin, cela n’altérerait en rien votre attention pour ce reportage fascinant sur l’Insecta Siphonaptera de Nouvelle Caldéonie !
  • Tout critiquer : la figure de l’intellectuel a toujours été en contradiction avec son temps, en opposition aux modes de pensée réducteurs de ses contemporains. Pour cela, tel le Descartes du 21ème siècle, ayez le doute ! Deux phrases simples forceront votre interlocuteur à se justifier jusqu’à la fin des temps et cela, quel que soit le sujet abordé : « C’est trop simpliste de dire ça comme ça ! » et « Ton regard est trop subjectif !« 

Exemple :
« – M. Lambda : Les choux de Bruxelles c’est dégueu…
Vous : Ton regard sur la situation est trop subjectif, andouille !« 

frime, danse, drôle, acteur

  • Se vanter d’aller voir des expos et des spectacles que personne ne connait.

Exemple : « –Vous : Je suis allé voir la dernière mise en scène de Thomas Jolly, Henri 6 de Shakespeare, un spectacle qui dure 18 heures … U-NE MER-VEILLE ! »
M. Lambda : Ah, Moi aussi dis-donc ! Qu’est-ce que tu as pensé du la tirade d’Edouard 4 sur la question du fratricide ?

Vous : ……………!!!!! « 

Oui, méfiez-vous tout de même, certains sont très forts à ce petit jeu.

applaudissement, enervé, pas content

Je l’aurai un jour, je l’aurai !

 

Dire que vous allez relire, pour la troisième fois, l’intégralité de La Recherche de Proust (en réalité c’est A la Recherche du temps perdu, mais les « cultureux » se contentent de dire La Rechercheun peu comme si c’était le surnom d’un bon pote).

Poser des questions chiantes aux commerçants : « Je voulais savoir, premièrement, si ce chocolat est bien issu du commerce équitable et, deuxièmement, avoir l’assurance que les fèves utilisées proviennent bien du Pérou et non pas du Nicaragua ! » ou encore « Mais… Votre t-shirt quand vous dites que le coton est bio vous parlez de la fibre en général ou uniquement de la graine ? « 

Vous l’avez compris, paraître intelligent c’est donc être un peu chiant… en fait…

La prochaine fois nous verrons comment passer pour un mec bien dans sa peau et épanoui alors qu’on est rongé de complexes et psychotique !

complexe, psychotique, triste, conseils

Les 6 commandements du vrai new-yorkais

Cela fait bien longtemps que je n’avais pas pris le temps d’écrire un petit billet par ici ! Je reviens de mes vacances aux Etats-Unis, j’ai trouvé là-bas une source d’inspiration inépuisable.

Vous connaissez l’adage, à Rome, fais comme les romains et à New-York ne fais surtout pas comme un touriste. Voici, pour vous, en exclusivité, mon guide pratique pour vous adapter au pays de l’oncle Sam et à la vie trépidante de la grosse pomme en 6 commandemments.

  1. Tu devras parler très fort : L’américain est une personne extravertie, à l’aise, qui parle fort avec une voix de gorge. Dès les premiers jours mettez-vous à hurler à 150 décibels, à siffler et à vous exclamer « it’s so amazing guys ! » à chaque fois que quelqu’un vous dit quelque chose.  Exemple, Bob : « My dad pass away yesterday… » – moi : « It’s just sooo amazing guys!  » Facile ! Pas besoin d’être bilingue pour être un authentique new-yorkais.
  2. Tu devras être capable de manger, en buvant un café et en téléphonant tout en marchant  : tout comme le parisien, mais en plus sympa, le new-yorkais est pressé. C’est donc logiquement, durant le quart d’heure de pause qu’il s’octroie au cours de ses journées 18h de taffe, qu’il décide de faire tout ce dont il a besoin  en même temps. Pour la petite histoire, je ne me suis jamais sentie plus new-yorkaise que ce jour d’octobre où, tout en me dépêchant d’aller prendre le métro, j’ai hurlé au vendeur de pizza de me filer une part au triple fromage (pressée mais il  faut pas déconner non plus !). Tout en lui balançant le billet de 1 dollar dans la tronche parce que je n’avais pas le temps, j’ai hurlé : « wouhouuu it’s so amazing ! » (référencence au commandement n°1). Puis, j’ai avalé  ma pizza en courant vers le métro, tout en sautant par dessus un SDF qui me barrait le passage. J’ai même trouvé le temps d’insulter un taxi qui avait failli m’écraser !
  3. Tu auras des dents fluorescentes  :comme Ross dans Friends, il ne faut pas hésiter à faire dans la dent « Disney ».

    ça c’est de la dent de new-yorkais moi j’vous l’dis!

    J’ai donc investi. Mes dents étaient si blanches que le soleil s’y est reflété et par un effet miroir a aveuglé plusieurs conducteurs.  Je suis à l’origine de pas moins de 4 accidents de la route sur le seconde avenue !

  4. Tu mangeras vegan et sans gluten : toujours en avance sur le reste du monde, l’américain mange « sain ». Oui, c’est étrange pour le second pays producteur de viande qui patauge dans son propre caca, mais les USA ne sont pas à un paradoxe près. Manger « sain » aux USA signifie en réalité « ne pas manger du tout ». Enfin j’exagère, si vous avez bien fait vos 3h de sport quotidien, vous aurez le droit à une pomme comme récompense. Yummy !
  5. Tu ne dormiras pas : oui, je vous l’ai dit, l’américain est pressé et bosse dur, même la nuit ! Pour cette raison, il n’y a jamais de trêve à NY. La nuit, les restaurants, les trottoirs et les routes sont bondés. Les coups de klaxons des taxistes et les alarmes de la police ne s’arrêtent jamais et vous, à moins d’un quadruple vitrage, ne trouverez jamais le repos! Hé oui, être un new-yorkais c’est un autre rythme de vie.

    fatigue, new-york, ville, touriste

    « Je suis au bout de ma vie ce matin »

  6. Tu prendras du Lexomil : Notre ami Sarko, pendant sa campagne de 2007, nous avait fait la démonstration de l’efficacité de ce « palliatif » pour les nerfs. Dans une ville où tout le monde crie,  mange en faisant du sport et en téléphonant, se met la pression concernant le taux de blancheur de ses canines, ne mange qu’une pomme par jour et ne dort pas, il vous faudra bien une petite aide pour vous mettre au rythme !nervosité, new-york, vie, drôle, stress

 

 

 

Do/don’t : la survie en festival

Mettons-nous d’accord, quand j’écris « festival » nous sommes bien loin des paillettes, champagne, tapis rouge et famous people (oui je développe mon côté bilingue Jean-Claude Van Damme) – du festival de Cannes.  Je vous parle de boue, de litres de bières, de toilettes sèches et de gens crados. Il s’agit des « Festoches » de l’été. Il y en pour tous les goûts, rock, pop, métal, électro mais il n’y a qu’un seul guide de survie et il est ici ! voici un « Do »/ »Don’t » spécial festival!

Put your hands up !

– Dormir

Don’t : dormir au « camping » du festival. Le terme dormir est d’ailleurs complètement antithétique du terme festival. Vous dormirez peut-être une heure et quart, après quoi, vous serez réveillé par le poids d’un gros type barbu qui pue l’alcool et la transpiration et qui se sera endormi sur vous en pensant que vous êtes un matelas gonflable, persuadé qu’il est chez lui puisqu’il a cru reconnaître son djembé … Il n’a pas encore compris que dans un festival, il y a un djembé par tente minimum… pas de bol c’est tombé sur vous !

camping, tente, festival, fatigue

Do : Dormir chez un particulier vivant à proximité du festival et qui sous-loue une chambre. Il vous préparera allégrement le petit-déj’ après que vous ayez pris une bonne douche chaude ! Mais, une personne vivant dans ce genre de trous paumés a-t-elle seulement de l’eau chaude ? D’ailleurs a-t-elle vraiment accès à l’eau courante ?

– Quand un inconnu vous propose une petite pastille colorée à avaler

Don’t : « – Merci cher inconnu pour ce présent ! Une pastille pour la gorge, dites-vous ? ça tombe bien je me sens un peu grippé  » … black out… stroboscopes… black out… danse à poil… black out… don de vos papiers et de tout votre argent car ce type inconnu est trop génial et que vous l’aimez … black out… vomi… black out… réveil un peu difficile, seul, au milieu de la pampa sans vos précieuses chaussettes. WTF?

Do :  « Non merci j’ai mes Strepsils sur moi« … N’oubliez pas d’être prévoyant, je connais plusieurs personnes qui sont revenues grippées de festival à force de danser tout nu sous la douce lumière de la lune. Une petite écharpe dans votre sac à dos ne sera pas de trop non plus (écoutez votre grand-mère que diable !).

– A la buvette (instant radin)

partage, tournée, festival, shot, alcool, bière

Don’t : « C’est ma tournée les gars! Je vous invite TOUS! »

Do : « T‘as pas 4 balles pour me dépanner? OK, sinon laisse moi au moins la fin de ta pinte de bière chaude... » C’est un festival de musique pas un festival de dégustation de liqueurs précieuses de toute façon !

– Dans la fosse, face au concert

Don’t : « Yeah un pogo! J’en ai toujours rêvé ! Sur du métal allemand en plus ! J’y vais!« … Le risque est tout simplement de mourir à cause du choc violent avec un mec à crête d’1 mètre 95 pour 100 kilos qui vous enfoncera les clous de ses bottes dans les mollets « Juste pour rigoler… Ohlala, quelle chochotte !  »

Do : Fuyez.

– Quand l’artiste vous propose de le rejoindre sur scène (ne rêvez pas trop tout de même !)

sène, concert, star, musique, fan, hystérique

oui, ne rêvez pas trop!

Don’t : Montez sur scène, poussez la chansonnette en vous déshabillant et en cassant les enceintes pour montrer que vous avez le rock (l’alcool ?) en vous ! Vous finirez sur Youtube avec 1 million de vues et vous ferez moins le malin !

Do : Montez sur scène et pratiquez ce qu’on appelle communément un « Slam », en vous jetant dans le public. Assurez-vous que la foule est compacte et qu’il y a des bras suffisamment musclés pour supporter votre poids. Si tel n’est pas le cas, vous ferez aussi 1 million de vues sur Youtube de toute façon!

 

Etre chic en 5 points !

Le chic n’est pas uniquement réservé à Audrey Hepburn et Cate Blanchett ! Vous avez trois enfants en bas âge qui hurlent et qui vomissent partout tout en faisant quatre heures de transports par jour, et alors ? Et pourquoi vous ne rendriez pas votre quotidien plus chic à l’aide de quelques accessoires élégants, chers et parfois inutiles?

  • Les grands gants : summum de l’élégance, portés par les grandes dames du cinéma, cet accessoire peut s’avérer pratique pour éviter de rentrer en contact direct avec la barre du métro moite et chaude aux heures de pointes. Pour les tueuses à gage, ces gants feront de vous l’atout charme de votre profession ! Un peu de douceur dans un monde de brutes.

    Gloves are a girl’s best friend!

     

  • Le porte cigarette : toute femme fatale qui se respecte doit en posséder un, histoire de souffler sa fumée de cigarette avec dédain au nez de son amoureux transis. Évitez cependant le totallook cheveux bicolores et manteau en fourrure au risque de vous faire insulter par les enfants et les dalmatiens.

    Porte-cigarette à la mode Cruella de Vil !

     

  • Le chapeau avec voilette : cet accessoire qui dévoile le visage par jeu d’ombre est un indispensable du trousseau de l’élégante. Utile si vous allez au travail après une nuit blanche, il sera votre meilleur allié pour cacher vos yeux de panda. Si vous portez un appareil dentaire, évitez de vous prendre les dents dans la voilette.
  • Les lunettes de soleil de star qui ne veut pas qu’on la reconnaisse : oui, quoi de plus élégant que de vous faire passer pour une star qui – trop modeste – souhaite garder l’anonymat en se cachant derrière de grandes lunettes fumées. Pour jouer le jeu à fond n’oubliez pas de prendre l’air blasé quand quelques badauds vous demanderons un autographe. 
  • Le livre au bord de la piscine  :  le chic, c’est aussi l’intelligence – même factice – ne l’oublions pas ! Donc on arrête avec Closer et Voici et on s’attaque aux grands classiques de la littérature tels queBaudelaire etProust, ça claque un peu plus ! A l’image de GeorgesClooney avec son verre de vin, son petit air supérieur et son bouquin lu en toute discrétion au bord d’une piscine… hé bien oui c’est la classe !

    Oui, je m’intéresse à la politique en chemise au bord de ma piscine et alors ? T’es vraiment un chic type Georges!

     

La plage

Oui, je sais. Vous n’êtes pas en vacances et vous ne partirez peut-être même pas d’ailleurs. C’est franchement pas drôle déjà à l’approche du mois de juillet. Mais je peux vous dire, qu’aux alentours du 15 août, quand vous vous retrouverez en tête à tête avec Bernard, le mec du courrier, ça virera carrément glauque. Vous qui n’êtes ni juillettiste, ni aoutien mais simplement un paria vagabondant seul entre la photocopieuse et la machine à café…  et qui enviez toutes ces feignasses qui se prélassent au soleil. Je vous ai compris ! Histoire de se remonter un peu le moral, je vais vous expliquer pourquoi vous devriez vous estimer heureux de n’avoir que Bernard à supporter !

fille, plage, tombe, drôle

Je me suis dit qu’une fille en maillot de bain c’est toujours plus vendeur pour le blog !

 

à la plage on a :

  • Le gros allemand avec sa glacière : c’est un peu facile j’admets mais ce n’est pas un cliché ! Quand je suis partie à Palavas-les-flots en 2009, j’en ai vu plein ! Ils portent des chaussettes dans leurs sandales et ils virent au rouge vermillon en quelques heures affichant cette nouvelle teinte et exhibant fièrement la trace de leur maillot de corps (mot du XIXème siècle).
  • Le mec qui joue du Djembé : Un jour, l’un de ses potes, troublé par l’alcool sans doute, a eu l’immense bonne idée de lui dire « Tu joues vachement bien du Djembé, mec! ». A partir de là, il a décidé de se lancer dans une carrière de créateur et pratique son « art » l’été sur la plage dans une réelle démarche de don de soi et de partage. Parfois ce type s’arrête de jouer, ce qui fait du bien à mes oreilles, mais c’est pour mieux danser sur des chorégraphies tribales avec sa grande carcasse dégingandée, ce qui fait du mal à mes yeux (heureusement, j’ai des paupières!).
  • Les enfants : Faut-il vraiment détailler ce point? ok ! Lorsque je m’allonge sur ma serviette de bain à l’effigie du Petit Spirou, [- oui, ça coûte cher une serviette, je ne vais pas en racheter une pour qu’elle me serve 3 jours dans l’année, et encore! -], après un bon bain pour me replonger dans le recueil des Contemplations de Victor Hugo (quoi mytho?), ils viennent se battre juste à côté de moi en foutant du sable partout et le pire c’est que si l’on intervient pour dire quelque chose, on aura affaire à mon point 4.
  • Les parents relous : Ce sont des personnes qui s’approprient la plage en créant une sorte de camp retranché tout autour de leur petite famille. Ils ont tout le matériel possible en cas d’attaque de guerre : une tente, une glacière, une table, de la bouffe, 10 crèmes solaires différentes, des bouées gonflables, des raquettes, un ballon de volley (maudit sois-tu!), des chapeaux, des jeux de plages, des vêtements de rechange et même parfois… une radio qui fonctionne à l’énergie solaire et qu’ils ont acheté dans un magasin pour aventuriers. Laissez-moi rire : » ha ha »!
  • Le mec qui fait du sport : Il est très musclé, il est orange, il a des veines qui sortent de partout et il pense qu’il nous fait un cadeau quand il fait ses pompes dans l’écume des vagues et qu’il repart en faisant un jogging et en suant comme un cochon. Magnifique !

Qui d’autre vous citeriez?

 

Ces petites hontes du quotidien

Non, je n’avais pas disparu de la circulation, c’est juste que la vie d’agent double a parfois des inconvénients que la sécurité internationale ne me permet pas de vous révéler en détail. Un seul indice : barbus.

Vous l’avez deviné, j’ai fait l’attraction Blanche neige et les sept nains à Disneyland. Un vrai trauma quand la vieille sorcière fort sympathique tombe dans le vide à la fin… Il m’a bien fallu un mois pour reprendre un peu goût à vivre dans un monde qui s’en prend toujours aux petites vieilles. Si c’est ça que Disney enseigne aux enfants…

Bref, je ne suis pas là pour dénoncer le jeunisme chez Disney mais plutôt pour établir une courte liste des petites hontes du quotidien qui, si elles ne font pas basculer nos vies, restent de ces petits moments humiliants gravés dans notre esprit faisant le sel d’une existence parfois fadasse.

chute, honte, drôle, lady gaga, tomber,

J’ai aussi un peu honte de ce gif, je dois l’avouer!

  1. Lorsque j’envoie un message et que le correcteur de l’Iphone écrit « l’ovule » au lieu de « voilà ».
  2. Lorsque j’envoie un message et que le correcteur  de l’Iphone écrit « star cul » au lieu de « Starbucks ».
  3. Lorsque ma grand-mère m’appelle sur mon portable et que je décroche en disant « Service client, bonjour! » parce que deux semaines à bosser sur une plateforme téléphonique c’est trop aliénant.
  4. Lorsque je rencontre quelqu’un pour la première fois et que je lui tends la joue pour lui faire la bise alors que lui me tend la main. Du coup, je décide de faire comme lui et de lui tendre la main sauf que lui, pour être poli, a décidé de me tendre la joue… Le genre de situation qui peut durer longtemps.
  5. Lorsque je parle d’un dossier important à mon N+3 par téléphone et que je raccroche en disant « gros bisous! ».
  6. Quand la porte du métro se referme sur moi et que des personnes doivent m’aider à  m’extraire en tirant les portes.
  7. Quand je marche d’un pas franc et assuré dans la rue et que la lanière de mon sac s’accroche à une poignée de porte ce qui arrête violemment ma course.
  8. Quand ma voisine vient me menacer d’appeler la SPA car elle entend cette pauvre chèvre hurler de douleur dans mon appartement alors qu’en fait c’est moi qui me suis mise au chant, persuadée que j’avais un don.
  9. Quand mes écouteurs se décrochent de mon Iphone et que tout le bus connaît désormais mon goût pour la chanson « Tellement je t’aime » de Faudel.
  10. Quand j’embrasse quelqu’un sur la bouche sans le faire exprès pour une bête histoire de trajectoire de bise qui apparemment – pour certains – ne se fait pas par le côté droit d’abord…

gênant, bizarre, honte, drôle, rire

Et vous ?

socio du mariage « Grand Monde »

Le mois de mai est presque là et déjà commence la divine saison des mariages…  Un vague cousin éloigné se marie dans le « Grand Monde » et vous êtes un peu obligée d’y aller car vous n’aviez pas d’excuse valable – c’est ballot ! C’est un mariage ambiance « Auteuil, Neuilly, Passy « , tout ce dont vous raffolez. Après l’Eglise, où vous avez failli pleurer – quand la grosse meringue mariée est entrée au bras de son père, précédée de deux jeunes filles qui lancent des fleurs en faisant la gueule parce qu’elles ne voulaient pas être habillées comme des Dragibus, vient le moment du dîner dans un grand manoir style Rococo (j’ai dit « Grand Monde », j’ai pas dit « bon goût »).

Etes-vous prêt(e)s à affronter leur jugement ? START.

Qu'ouï-je? La mariée n'est pas en blanc? C'est une honte !

Qu’ouï-je? La mariée n’est pas en blanc? C’est une honte !

Les femmes de plus de 50 ans ressemblent  à Geneviève de Fontenay et un type ennuyeux nommé Jean-Côme – sans doute issu d’un mariage consanguin – vous parle (+1) des blasons familiaux en vous expliquant que la roturière que vous êtes devrait se sentir honorée qu’un ponte de la noblesse tel que lui accepte ne serait-ce que de respirer dans votre direction.

Oui, arrêtons de nous mentir, ce n’est pas vraiment votre élément (-1) et vous avez vraiment envie de mourir au moment où la grande tante Constance, avec sa capeline rose fluo et son rouge à lèvre sur les dents, vous demande si vous allez souvent à l’hippodrome de Longchamp pour le prix de l’Arc de Triomphe car elle ne vous y a jamais vu « ma chère »! Vous répondez que vous ne jouez jamais au PMU(-1).

Au loin, vous apercevez votre grand oncle (le père du marié). Il commence à faire une danse des canards (-1, oui c’est un membre de votre famille directe), avec sa cravate nouée sur la tête (-1). Il fait face aux regards attérés des convives et de la grande tante Constance qui trouve scandaleux qu’un SDF ait pu se faufiler dans la salle. Au moment où elle comprend qu’il s’agit en fait du père du marié elle décide de se rabattre sur un Château Lafite-Rothschild  et vous l’accompagnez (+1).

A la table- où vous ne connaissez personne – un gros type avec un cigare (oui, n’ayons pas peur des clichés) vous demande poliment ce que vous pensez du fait que le marché de l’hôtellerie de luxe est en train de passer aux mains des chinois. Pour avoir un peu de contenance vous prenez un shooter de Perrier-Jouët et allumez une clope roulée (-1). Vous expliquez alors que les chinois, ils ont carrément racheté le Balto bar-tabac et la boulangerie à côté de chez vous et que c’est pas étonnant finalement. Même si ce n’était pas le but premier de votre intervention, vous les avez fait rire (+1). Le pépé vous invite même à danser une valse endiablée (+1).Comme vous n’avez aucune expérience de la danse de salon (-1), vous vous emmêlez les pieds et vous écroulez en vous accrochant à la magnifique nappe blanche du buffet. La fontaine à champagne s’effondre et la pièce-montée (décorée à l’or comestible) s’écroule sur mémé Augustine qui se fend d’un « Je vous salue Marie » afin de survivre à ce drame. Elle est finalement assomée par la petite figurine des mariés qui était sur le gâteau (-15).

Vous riez… Eux pas (-1) Game over.

 

Pas de panique ! Pour le prochain mariage vous saurez peut-être mieux vous adapter...

Pas de panique ! Pour le prochain mariage vous saurez peut-être mieux vous adapter…

TOP 10 : Petites phrases à mon compte en banque

 Si mon compte en banque était un être vivant dôté d’une âme (malveillante, certes), voilà ce que je lui balancerais dans la « che-tron ».  Je crois, qu’en plus, ce serait une bonne catharsis pour toutes celles et ceux qui ont des petits soucis avec leurs finances – c’est à dire absolument tout le monde,en fait.

  • Ok, j’ai vraiment déconné ce mois-ci, je me suis achetée un t-shirt à 40 euros, j’aurais jamais du. Pardonne-moiiiiii!
  • Comment ça solde négatif de -100 euros? mais on est le 5 du mois !
  • 2,5 euros d’intérêts pour un an d’épargne sur mon livret A, c’est une blague c’est ça ?
  • Pour une fois, annonce-moi quelque chose de positif…ça changera.
  • Ingrat! Mon salaire ne te suffit jamais, il t’en faut toujours plus.
  • Il faut se contenter de peu et savoir être patient dans la vie, tu sais.
  • Les menaces ça ne marche pas avec moi, sache-le!
  • Comment ça des agios? Si je suis à découvert c’est que j’ai déjà des difficultés pour payer ! Pourquoi tu m’en rajoutes une couche espèce de sale bâtard?
  • Tu es obsédé par l’argent. Et mon âme, tu y penses parfois ?
  • Si tu pouvais éviter d’avaler ma carte bleue sans aucune raison quand je suis en vacances à l’étranger, ce serait sympa…

Et vous, vous lui diriez quoi au vôtre ?

danse pitié timon banque hyènes

Pitié pas l’interdit bancaire !

Pâques parano

J’adore Pâques  car c’est le seul jour de l’année où l’on peut dire cette phrase complétement absurde : « Aujourd’hui je vais me taper une grosse poule en chocolat! » sans passer pour le pervers de service. Vous avouerez tout de même que l’on passe la camisole de force à des gens sains pour des phrases beaucoup plus banales du type « J’entends des voix dans ma tête! » Ce qui est une chose tout à fait normale selon moi. Perso, cette petite voix m’a quand même prévenu que la saloperie de souris qui traîne parfois dans mon salon est un espion de la CIA qui récolte des informations sur mon compte dans le but de me faire taire. 

Bref, revenons à nos moutons. Donc, au petit matin de Pâques, nous pourrons tous courir allégrement, main dans la main, sur le chemin de la crise de foie et de l’indigestion afin de célébrer la seule période de l’année, à part Noël, où l’on peut baffrer du chocolat matin, midi et soir sans être taxé de monomaniaque boulimique obsédé par le cacao. « Et on dit merci qui ? – Merci les cloches !  »  – Dans certains pays, c’est un lapin géant qui se charge de vous fournir en chocolat à Pâques – Je vous jure, il y a vraiment des endroits où les gens ne sont pas très logiques… Un lapin ?!

Cloches de Pâques, lapins géants ou souris hermaphrodites, de toute façon, le problème reste le même. Le concept de Pâques c’est de cacher la bouffe que l’on ne pourra manger que SI on la retrouve. Que deviennent les oeufs et autres poules en chocolat qui n’ont jamais été retrouvés ? (Heureusement qu’il y a les vrais journalistes d’investigation comme moi pour poser les questions qui dérangent). Ce petit jeu n’est pas très correct pour tous les accros au sucre en pleine crise d’hypoglicémie. L’an dernier, on a notamment retrouvé Pierre Menés évanoui, près de sa plante verte dans son salon, car il était persuadé qu’il allait retrouver des Kinder dans le pot en terre cuite, or, comme il s’agissait de Pyrénéens, les cloches, prévoyantes, avaient planqué tout ça sous le jambon Fleury Michon dans son frigo.

 

Autre fait divers marquant. Certaines années, les cloches de Pâques, sans-même tenir compte de nos goûts subtiles, osent déposer des petits oeufs tout durs à la liqueur (absolument dégueu) mais sur lesquels on peut glisser et tomber. C’est, d’ailleurs, à cause d’un de ces petits oeufs que mon pépé Jacquou s’est cassé la hanche droite l’année dernière en tombant dans les escaliers car l’oeuf était placé en haut des marches… Hasard ou menace ? Je n’ai aucune certitude pour le moment. Méfiance vis à vis des cloches de Pâques, j’ai comme l’impression qu’elle nous veulent du mal et si vous ne chutez pas sur un petit oeuf, peut-être seulement que vous développerez un diabète insidieux.

Bonne Fêtes de Pâques !

Propulsé par WordPress.com.